Γ. Mosaïque solitaire Lyrics - Damso — Covers de Chansons

PAROLES

[Couplet 1]
Me d’mandez pas c’que j’fais dans la vie
C’est si noir, vous s’rez pris de panique
Quelque part, loin de toute compagnie
Batterie Faible m’a fait perdre beaucoup d’amis
Me serre pas la main, fais-moi un #Vie
J’attends la mort comme en Gethsémani
Baise-la c’est tout sinon elle f’ra des manies
Elle manquera d’respect à ta famille
Une seule erreur et t’as plus d’followers
Donc j’fais c’que j’aime non pas c’que l’on me dit
J’suis toujours debout, aux tombées des nuits
Vu du ciel, l’Enfer est comme le Paradis
“Crève dans ta merde, t’auras pas un radis”
C’est à peu près ce que le daron m’a dit
Heureusement gros culs ont su consoler
De leurs ‘ttes-cha, j’me suis empoisonné
J’ai picolé, j’ai bu oui, j’ai bu oui
J’perds la raison à cause de mes torts
C’est ça qu’ça fait d’toujours bosser la nuit
J’fume de trop, j’fais plus de sport
“C’est pas très bon”, m’a dit coach Elie
Drogue dans la soute, à peine j’atterris
J’roule un doobie, oh oui

[Refrain]
Ils ne me veulent pas du bien, no
Ils ne me veulent pas du bien, no
Ils font bonhomme de neige
J’ai fait bonhomme de chemin
Ils ne me veulent pas du bien, no
Ils ne me veulent pas du bien, no
J’suis sorti de la dèch’
Vie en rose comme schneck de tchoin
Fiancé à la vulgarité
J’ai renoncé à la précarité
J’ai mis mes chances dans le barillet
J’ai tiré sans jamais m’arrêter
Rosemark s’tu veux qualité
Grosses liasses : la mentalité
Plus d’sable dans le sablier
Plus d’place dans le paradise
Damsolitaire

[Pont]
Dems, sale, sale, sale
That I used to say
Oh oui, oh oui, oh oui, oh oui, oh oui, oh oui
That I used to say

[Refrain]
Ils ne me veulent pas du bien, no
Ils ne me veulent pas du bien, no
Ils font bonhomme de neige
J’ai fait bonhomme de chemin
Ils ne me veulent pas du bien, no
Ils ne me veulent pas du bien, no
J’suis sorti de la dèch’
Vie en rose comme schneck de tchoin
Fiancé à la vulgarité
J’ai renoncé à la précarité
J’ai mis mes chances dans le barillet
J’ai tiré sans jamais m’arrêter
Rosemark s’tu veux qualité
Grosses liasses : la mentalité
Plus d’sable dans le sablier
Plus d’place dans le paradise

[Couplet 2]
Des blèmes-pro, fils y’en aura toujours
La police piste nos phones-tel
Du mal à appréhender l’futur
Car dans ma vision j’suis immortel
Plus d’sept mille jours que j’suis né
Dont au moins mille passés à fumer
Fumer tue, vivre aussi donc tant qu’à faire autant se ruiner (hey)
J’n’ai rien à perdre en soi
Vu qu’on n’emporte rien avec soi
Ne dis pas “J’t’aime” quand tu me vois
Viens pas dans mon lit mais sous ma ble-ta
Pourquoi j’suis comme ça ? Me l’demandez pas
J’saurais pas trop quoi vous répondre
Faut pas vous méprendre
J’prends tous c’que je peux prendre
Comme ma terre, j’suis riche que sous les décombres
Je pleure que de l’intérieur pour que mes soucis se noient
Pourquoi leur demander l’heure ?
J’sais bien qu’la mienne n’est pas encore là
Diplômé, riche et après ? J’regrette la cour de récré
Mais pas l’temps pour les regrets m’a dit mon cœur
Nostalgique car présent pas à la hauteur
Ma sueur vient que de l’effort, le stress me sert de décor
J’m’en bats tellement les lles-cou
Désinvolture recouvre mes pores, rêve mais ne dors pas
Crève mais ne meurs pas, moi j’aboie je mords
La java, je sors l’âme vêtue d’une burqa

[Couplet 3]
Rapper, c’est c’que j’sais faire de mieux
Casser la gueule des racistes aussi
Toujours un couteau dans l’sac pour mieux
Cadrer l’ennemi pour qu’il soit plus docile
En chacun d’nous habite Dieu qu’il m’dit
Sa maison s’trouve dans nos cœurs qu’il m’dit
Donc, “excusez-moi Seigneur” qu’j’lui dis
Si mes poumons sentent trop la beuh
J’passe mon temps à rêver d’prendre l’air, putain de merde
Larges baies vitrées, bureaux, phones, secrétaires
Équivaut réussite urbaine sur la Terre
J’serai rappeur plus tard maman faut pas t’en faire
J’gagnerai des grosses thunes en disques et concerts
J’crois qu’ça va t’plaire, j’f’rai l’tour de la Terre
J’écarterai barreaux d’la vie pour qu’on se libère
Là j’avance, j’pense accident cardio-vasculaire
Triste d’être célèbre mais sans père ni mère
Mes ennemis prennent cher
J’digère rien, ma bile sort jamais d’sa vésicule biliaire
D’vant l’évangéliaire, je cite quelques prières
Peu précédé par folie meurtrière
M’sieur l’abbé, ma haine ne date pas d’hier
Je suis donc j’aurai, suite logique des auxiliaires
Damso

[Outro]
Damsolitaire
Dems
C’est bon ?

English Translation “Damso – Γ. Mosaïque solitaire”

[Verse 1]
Don’t ask me what I do in my life
It’s so dark, you would be panicked
Somewhere, far from any companionship
Batterie Faible made me lose many friends
Don’t shake my hand, hit me with a #Vie
I’m waiting for death like in Gethsemane
Fuck her and that’s it, if not she’ll act stupid
She will disrespect your family
Only one mistake and you won’t have any follower anymore
So I do what I like not what they tell me to
I am always up when the night falls
From the skies, Hell looks exactly like Paradise
“Die with your shit, you won’t have a penny”
That’s approximately what my daddy told me
Hopefullt big asses knew how to console me
With their ssies-pu, I poisoned myself
I’ve tippled, I drank yeah, I drank yeah
I’ve lost the sense of reason ’cause of my faults
That’s what it does to be always working at night
I smoke too much, I don’t exercise no more
“Not very good”, told me coach Elie
Drugs in the hold, and I just landed
I’m rolling a spliff, oh yeah

[Chorus]
They don’t wish me no good, no
They don’t wish me no good, no
They’re building up snowmen
I am making my way through
They don’t wish me no good, no
They don’t wish me no good, no
I came out of shitty positions
La vie en rose like a bitch’s pussy
Committed with vulgarity
I turned my back on tenuousness
I put my chances in the magazine
I kept on shooting, never stopping
Rosemark if you want quality
Big bundles : my mentality
No sand in the hourglass anymore
No space in paradise anymore
Damsolitary

[Bridge]
Deums, brutal, brutal, brutal
That I used to say
Oh yeah, oh yeah, oh yeah, oh yeah, oh yeah, oh yeah
That I used to say

[Chorus]
They don’t wish me no good, no
They don’t wish me no good, no
They’re building up snowmen
I am making my way through
They don’t wish me no good, no
They don’t wish me no good, no
I came out of shitty positions
La vie en rose like a bitch’s pussy
Committed with vulgarity
I turned my back on tenuousness
I put my chances in the magazine
I kept on shooting, never stopping
Rosemark if you want quality
Big bundles : my mentality
No sand in the hourglass anymore
No space in paradise anymore

[Verse 2]
Problems, son there will always be
The police tracks our telephones
Can’t seem to apprehend my future
‘Cause in my visions I’m immortal
More than seven thousand days ago that I was born
Including at least a thousang spent smoking
Smoking kills, living does too so at least let’s go and ruin ourselves
I have nothing to lose in fact
As you don’t take anything with you
Don’t tell me “love ya” when you see le
Don’t come in my bed but under my table
Why am I like that ? Don’t ask me
I wouldn’t be able to answer
Don’t make no mistake
I take everything I can take
Like my ground, I’m only rich under the debris
I only cry on the inside so that my troubles drown
Why asking them for time ?
I know right that mine has not come yet
Graduated, rich and after ? I miss the schoolyard times
But no time for regrets told me my heart
Nostalgic ’cause the present doesn’t fill my expectations
My sweat comes from my effort, I use stress as a stage set
I don’t give a single fuck so much
Perkiness covers up my pores, dream but don’t sleep
Burst but don’t die, me I bark I bite
The java, I go out with the soul covered with a burqa

[Verse 3]
Rapping, this is what I do best
Beat the fuck out of racist people aswell
Always with a knife in the bad so that
The enemy’s targetted, so that he’s well-tamed
Inside each of us inhabits God, he tells me
His home is inside our hearts, he tells me
So, “forgive me Lord”, I tell him
If my lungs smell too much like weed
I spend my time, dreaming and taking some fresh air, god dammit
Large bay windows, offices, phones, secretaries
Equals to urban success on Earth
I’ll be a rapper later mommy don’t worry
I’ll be making lots of cash with records and concerts
I think you’ll lik it, I’ll go all around the world
I’ll push aside the bars of life so that we free ourselves
There I proceed, I think about cardiovascular diseases
Sad to be famous but with no father or mother
My enemies get hit very hard
I don’t digest anything, my bile never gets off its gallbladder
In front of the gospel, I quote a few prayers
Shortly before I had murdering thoughts
Mister abbe, my hatred did not come up yesterday
I am therefore I will be, logical sequence of the auxiliairies
Damso

PARTAGER

PUBLICITE